C'est peu de temps après leur premier succès que Saint Médard d'Eyrans retrouve Saint Magne. L'organisation est encore une fois sans faille du côté du club hôte : chapiteau, tireuse à bière et barbecue de compétition. Le terrain lui aussi est nickel, pas un brin au dessus de l'autre, et les pittoresques tribunes en bois attendent les spectateurs.

Malgré cela, l'arrivée sur place manque d'enthousiasme, et pour cause, le soleil ne pas du tout au rendez-vous de cet évènement sportif, et les Arruanais arrivent par voitures successives, aux alentours de 10h, accueillis par une petite bruine et un ciel couvert. Café pour tout le monde, notamment ceux qui ont eu une nuit trop courte ou trop arrosé ou les deux (sans vouloir balancer ni Steve, ni Zog, ni Benoît).

On apprend alors que les deux autres équipes prévues initialement (Yzon et "les Barbarians") ne participeront pas au tournoi.

De son côté, Saint Médard affiche un effectif réduit. On déplore notamment l'absence des avants "d'expérience" (Fabrice, Jean-Luc) et aussi des jeunes arrières (Léo, Yann, Baptiste entre autre) dont les courses enflammées avaient fait merveille lors de la première rencontre.

Il restait donc aux quinze joueurs présents à rester solidaire et concentrés pour gagner dans des conditions relativement difficiles à l'extérieur.

Rugby dans la boueMatch 1 : Plaquing in the rain

Le temps continue de se dégrader et c'est sous une pluie battante que les joueurs du XV d'Eyrans entrent sur le terrain pour s'échauffer. Leur premier geste sportif sera de laisser la partie du terrain la plus engorgée à leurs adversaires (de rien les gars, on est comme ça nous...).

Les joueurs sont confiants, en effet la précédente rencontre s'était soldée par un cuisant 10-0 en faveur des verts et blancs (nous, quoi). Cependant, les joueurs savent aussi qu'il leur manque des pièce importantes et qu'il n'y aura aucun remplacement : la partie va être rude.

Et elle l'est. Dès le coup d'envoi, Saint Magne a à coeur de montrer qu'il ne compte pas se laisser faire, et envoie au charbon leur pack qui, sur la balance, doit rendre plus d'une cinquantaine de kilo au pack Arruanais. C'est en véritable mort de faim que Saint Magne arrache tous les ballons qui passent à sa porté et affiche une belle vigueur à l'avant. Mais les Arruanais ne se font pas surprendre, sont déjà dans le match et ne craignent personne, à l'image de Damien (à vu de nez 65 kilos sur la balance) s'opposant frontalement et faisant chuter le gigantesque numéro 3 de Saint Magne lancé comme un autobus.

Les combats sont féroces à l'avant, et les joueurs découvrent avec stupeur qu'on peut craindre la noyade sur un terrain de rugby, si on se retrouve sous le regroupement dans un terrain gorgé d'eau. Zog et Junior assument leurs rôles de "joueurs d'expérience" et crée le jeu, bien relayés par Steve puis Loic.

C'est Saint Médard qui passe en premier la vitesse supérieure et qui envoie son emblématique n°10, Loïc, à l'essai. Mais c'est la douche froide dès la reprise puisque au terme d'une sortie de balle un peu trop lente, Saint Magne intercepte à la limite de la ligne des 22 mètres des Arruanais et s'en va marquer.

On a peur un instant de la perte de concentration qui est un des démons de Saint Médard. Après un moment de flottement, c'est Xavier (surnommé XL), nouvel recrue enserbienne, qui va libérer l'équipe en marquant un essai spectaculaire. Venant en soutien sur l'aile, il échappe de manière miraculeuse à son plaqueur et repart quasiment à l'équilibre sur une jambe pour aller marquer.

Saint Magne va continuer à résister, et manque de transpercer une nouvelle fois la défense Arruanaise, mais c'est sans compter sur le plaquage impérial de Benoit qui sauve son équipe d'un essai assuré .

Dès lors les Arruanais se reprennent et ne laissent plus passer Saint Magne jusqu'au terme de la partie (sauf une fois pour un essai fort joli, mais refusé en tout légitimité puisque l'action part d'un coup de pied à suivre). Saint Médard marquera encore deux essais (Didou et Nico), faisant valoir la vivacité des ses arrières.

Le match se termine sur le score de 4-1, mais il n'est aucunement comparable à la première rencontre. On a pu assister à un beau rugby, avec assez peu de passes ratées malgré un ballon très mouillé,et surtout un engagement fort de part et d'autre.

PortraitMatch 2 : La revanche de la vengeance

Après une entrecôte frite bien méritée, nos héros endossent à nouveau leur maillots, gentiment passés au sèche-linge par l'équipe de Saint Magne. Les maillots ne resterons malheureusement pas secs très longtemps, car les hallebardes continuent à inonder le terrain qui, par endroit, commence furieusement à ressembler à une rizière.

Les jambes sont lourdes et ce n'est pas forcément facile de repartir au charbon, mais les joueurs savent qu'il en est de même pour leurs adversaires. La consigne : rester concentrés, donner ce qu'on a pour "tuer le match".

Bonne nouvelle, l'arrivée de Sco promet d'apporter un peu de sang neuf sur le terrain, mais celui-ci, arrivé en cours de journée, ne pensait pas être mis à contribution et n'a pas pris ses affaires. Il fera une brève apparition, muni des chaussures de Loïc, malheureusement trop petites.

Le match commence et l'engagement est tout aussi intense que lors du premier match. Le public, venu plus nombreux, notamment pour assister au match de football américain prévu ensuite, donne de la voix et encourage les joueurs. Un public très fair-play qui, bien qu'il encourage d'abord les locaux, salue les beaux gestes des visiteurs et remet du baume au coeur.

Et du courage il en faut, car les joueurs avants sont toujours aussi lourds à bouger et ils sont désormais épaulés par un seconde ligne tout frais qui a un bon coup de pied et qui maitrise son sujet. Le "numéro 23" est à surveiller.

La défense répond présent, mais en attaque, les Arruanais souffrent sur différentes phases de jeu et peinent notamment à conserver le ballon. De plus, la fatigue aidant, les fautes commencent à être nombreuses et les esprits s'échauffent. Les Arruanais se font pénaliser et doivent fréquemment reculer, ce que beaucoup contestent.

La progression dans le camp adverse est laborieuse, mais va finir par payer, et c'est au terme d'une phase de jeu bien construite que David reçoit le ballon au sortir d'un regroupement et va littéralement exploser le rideau défensif pour écraser le ballon d'un geste rageur derrière l'en but, emmenant par la même occasion son vis à vis, solidement agrippé sur son dos.

Mais Saint-Magne riposte, et les jambes toutes fraiches du numéro 23 font mal. Celui-ci va scorer en force et dans 5 centimètres d'eau le premier essai des Noir et Jaune.

A la mi-temps, il y a de la casse côté Saint Médard, et Loic est contraint de sortir, ce qui complique beaucoup la situation. Mais il y a une bonne nouvelle, c'est l'arrivée tonitruante de Simon, qui pose d'emblée les bases en catapultant de manière autoritaire un joueur de Saint Magne en touche.

Plus qu'une mi-temps à tenir. Le match (2x30) est interminable, et la pluie n'arrête pas.

C'est le coup de massue quand Saint Magne passe en force sont deuxième essai, envoyant son pack s'écrouler derrière l'en but Arruanais.

Mais les Arruanais vont se reprendre et réussir encore par deux fois à trouver la faille dans la défense adverse, envoyant derrière l'en-but d'un coté, Walter, au terme d'un déploiement ultra-rapide vers l'aile et d'une très belle course, et de l'autre, Didou qui devient, par la même occasion, meilleur marqueur de ce tournoi.

En fin de match c'est l'hécatombe. Les Arruanais finissent à 14. Steve et Boris sont "out" et Loic et Damien, bien qu' encore sur le terrain, peuvent à peine courir. Mais leurs adversaires sont également usés, et c'est avec bonheur que le coup de sifflet final vient délivrer l'ensemble des joueurs sur le score de 3 à 2.

Epilogue

On a vu de belles images ce samedi, du vrai rugby, du tampon, du plaquage, du crochet, de l'essai, de la faille aussi (le coup de pied tout pourri de relance dans les 22 suite à une mésentente entre Zog et Loïc) de la colère, de la joie. Et l'essentiel était bien là, puisque tout le monde s'est fait plaisir. L'équipe de Saint Médard a été généreuse : tout le monde s'est donné, et la récompense fut au bout.

Et la plus belle image, c'est sans aucun doute celle de tous les joueurs, harassés mais content du dernier match, se jetant dans cette énorme flaque, remplie par une journée entière de pluie, en mimant les plus improbables essais et les plaquages les plus fantaisistes.

Belle image aussi que celle de Saint-Magne, toujours aussi fair-play, qui accompagne Saint Médard vers le vestiaire en faisant une haie d'honneur. Merci à eux, il nous ont donné bien du fil à retordre sur le terrain et bien du plaisir en dehors. On se doute que ce n'est que partie remise.